Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Côté Est Immobilier, Agence immobilière ST JULIEN LES METZ 57070

L'actualité de CENTURY 21 Côté Est Immobilier

Après Lille, l’encadrement des loyers parisiens est annulé par le tribunal

Publiée le 19/12/2017

Bien sûr, la cité nordique s’était empressée d’interjeter appel de cette décision en dépit des termes extrêmement précis de la loi qui stipule que cetencadrement des prix doit s’effectuer au sein d'une zone tendue et non sur le périmètre exclusif d’une commune. Pourtant, dans le cas de la métropole du Nord (ou de la capitale, d’ailleurs), la tension exercée sur les loyers va bien au-delà de leur circonscription et cette nouvelle réglementation aurait dû s’appliquer aux localités avoisinantes qui connaissent les mêmes hausses.

 

Applicable à une zone tendue et non à une commune.

À l’instar de ce qui s’est passé à Lille, le tribunal administratif de Paris a annulé le dispositif en indiquant qu’il aurait dû concerner l’ensemble de l’agglomération parisienne (ce qui, à l’heure du Grand Paris cher à Anne Hidalgo, ne manque pas de sens), et non la seule Lutèce. Évidemment, on peut comprendre que la municipalité socialiste soit passée outre car elle n’aurait jamais pu imposer son encadrement aux communes alentour, la plupart d’entre elles étant d’obédience droitière ou centriste.

 

Une efficacité qui restait à démontrer.

Naturellement, la ville de Paris a immédiatement demandé à faire appel de cette décision, persuadée que cette mesure aurait entraîné ces derniers mois une diminution des loyers parisiens sinon une stabilité alors qu’ils avaient fortement augmenté ces dix dernières années. Or, si cette baisse fut modérée (d’autant qu’un tiers des bailleurs particuliers n’avait pas cru bon de respecter la règle au contraire des professionnels qui s’y étaient attachés), d’aucuns y ont vu une simple agitation politique puisque, une fois encore, les clauses de la loi sont singulièrement claires à cet égard : «[…] dans les zones d’urbanisation continue de plus de 50 000 habitants où il existe un déséquilibre marqué entre l’offre et la demande de logements […]e préfet doit fixer chaque année, par arrêté, un loyer de référence […]».

 

Une manœuvre politique ?

Plus concrètement, cette annulation du dispositif d’encadrement ne change rien aux baux signés récemment mais devra être prise en compte dès les prochains jours lors des futures signatures de contrats de location. Pour terminer, on ne peut pas croire que les juristes de la municipalité parisienne n’aient pas pesé chacun des termes de la loi Alur et que toute cette histoire d’encadrement des loyers n’ait pas été pas un coup politique car nos édiles auraient dû savoir que les juges ne l’entendraient pas de cette oreille. Mais près de trois années de communication ont pu être administrées aux… administrés.

Notre actualité