Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Côté Est Immobilier, Agence immobilière ST JULIEN LES METZ 57070

Les nouveaux concepts qui relancent le commerce en centre-ville

Publiée le 05/03/2017

Au résultat, de nombreuses communes ont vu leur cœur de cité déserté au profit des grandes enseignes situées en périphérie. Une réalité qui frappe singulièrement la province où les municipalités n’ont pas forcément estimé l’ampleur de la catastrophe et persistent à taxer plus fortement les boutiques de l’hypercentre. Par ailleurs, les bailleurs privés ne prennent pas toujours conscience de la perte d’attractivité de leurs locaux et répugnent à baisser les loyers de ces commerces abandonnés.

 

Des solutions existent.

Pourtant, des remèdes peuvent pallier cette désaffection urbaine, que des communes ont mis en place pour relancer la fréquentation des magasins de proximité. D’abord en diagnostiquant l’ampleur du sinistre, parfois au prix d’une enquête détaillée, puis en mettant en œuvre des mesures drastiques : freiner sinon stopper l’extension des zones commerciales en périphérie ou encourager l’installation de franchises nationales qui deviennent autant de locomotives pour le commerce local.

 

Une volonté municipale doit s’affirmer.

L’achat par la commune des locaux commerciaux inoccupés lui permettrait, par exemple, de reprendre le principe des pépinières d’entreprises en les louant directement aux entrepreneurs, quitte à les faire bénéficier de subventions ou d’une plus grande souplesse de location: baux éphémères ou temporaires qui, sans régler le problème, dynamisent les rues commerçantes. La mairie peut également envisager la rénovation du bâti afin de rendre le centre-ville plus attractif.

 

Favoriser l’accessibilité.

L’abus des stationnements payants ont découragé plus d’un client. De la même façon, si les rues piétonnes sont plébiscitées par les riverains, elles présentent le défaut de rebuter les potentiels chalands qui rechignent à délaisser leur voiture. Une solution serait de faciliter l’accès en centre-ville grâce à un système de navettes qui passeraient à heures régulières aux points stratégiques de l’agglomération. Enfin, une communication dynamique, des animations récurrentes, amèneraient leur lot de badauds qui auraient ainsi le loisir de découvrir ces commerces locaux.

 

Les bailleurs privés doivent aussi mettre la main à la pâte.

Les propriétaires de ces fonds de commerce deviennent quelquefois coresponsables de la désertification des cœurs de ville. En refusant notamment de baisser le coût des locations voire d’imaginer des solutions incitatrices : franchise de loyer les premiers mois pour aider à l’installation voire la prise en charge des travaux indispensables au changement d’activité ou à la modernisation des locaux. Et c’est d’ailleurs pour les motiver que certaines localités ont instauré une taxe de vacance pour les magasins restés vides plus de deux ans.

 

Ce sera nécessairement au prix d’une vraie imagination, de la part de chacun des acteurs, que cette endémie de commerces fermés en centre-ville sera interrompue. Dans le cas contraire, le système américain prédominera où les boutiques de proximité ont totalement disparu des petites et moyennes cités.

Notre actualité